SMX Paris 2020 : 15% de réduction avec le code LARGOW22

WhatsApp, le futur atout monétisation de Facebook

Si vous êtes utilisateur régulier de WhatsApp, vous avez surement remarqué récemment un layer vous invitant à accepter le partage de vos informations avec Facebook. Cette demande est très loin d'être anodine et en dit en fait très long sur la stratégie long terme du groupe.

WhatsApp, le futur atout monétisation de Facebook

Ce message est la résultante de la volonté de Facebook d'unifier les 3 messageries qu'il possède. A savoir Messenger, WhatsApp et la messagerie Instagram. La première étape a été la fusion des messageries Messenger et Insta, qui s'est traduite par un changement de logo de Messenger qui ne vous aura pas échappé.

Il reste à noter que les européens ne sont pas concernés par le transfert des data vers Facebook US, du fait du RGPD (les data resteront la propriété de WhatsApp Irlande). Mais le reste du monde, si.

Il reste qu'au 8 février, selon ce message, si vous n'acceptez pas ce partage, vous ne pourrez plus utiliser votre compte Messenger. Cette sorte de "clé de bras" (quand on se souvient du message des fondateurs de Messenger en 2012) a énervé plus d'un utilisateur et généré une migration sans précédent vers des solutions alternatives, comme Signal ou Telegram (par dizaines de millions).

WhatsApp est un succès indéniable, numéro 1 des applis les plus utilisées en France en 2020, toutes catégories confondues. Le problème, c'est qu'elle ne rapporte presque rien à ce jour au groupe Facebook. L'une des raisons en est le chiffrement de bout en bout, qui empêche toute lecture des messages texte ou audio, à visée de ciblage publicitaire.

La trajectoire tracée par Mark Zuckerberg pour monétiser WhatsApp est assez claire : y développer le marketing des marques et en particulier le service client, (voire également la vente avec le panier d'achat qui est déjà en test en Inde), afin de fonctionner en tandem avec l'acquisition qui elle, se fera sur Facebook et Instagram.

On a effectivement vu plusieurs fonctionnalités à destination des entreprises arriver sur WhatsApp ces derniers mois. Peu de marques s'y sont pour l'instant intéressées mais il le faudrait, car WhatsApp va prendre une part de plus en plus importante dans la relation client dans les années à venir (vous pouvez préparer la fermeture des emails après l'avoir fait pour les lignes téléphoniques, mais ne coupez pas tout de suite ????).

Pour cela, il faudra exploiter toutes les données disponibles autres que les messages : habitudes d'usage, photo de profil, nom, numéro de téléphone, numéros des contacts, pays de résidence, etc. Ce sont ces données, actuellement uniquement hébergées par WhatsApp sur lesquelles Facebook veut avoir la main, ce qui lui permettra vraiment de faire travailler ses 3 apps en triplette, et ainsi croiser les données pour enfin disposer d'un ciblage fin, malgré le chiffrement.

Facebook tente de rassurer à grand renfort de communication dans les médias mais aussi sur son propre site. Mais voilà, beaucoup d'utilisateurs ne savaient pas encore que WhatsApp appartient à Facebook, et les dégâts des scandales successifs de ces 2 dernières années sont encore dans toutes les mémoires. Cependant les utilisateurs sont aussi captifs : quand on a tous ses contacts sur WhatsApp, pas simple d'en partir du jour au lendemain. Il est vraisemblable que la "fuite" d'utilisateurs se tarisse vite et que l'on revienne rapidement au "business as usual".

Il est donc clair que les polémiques actuelles n'empêcheront pas le groupe Facebook ne continuer sur cette lancée, qui est on ne peut plus stratégique pour Mark Zuckerberg : Facebook ne croit quasiment plus, mais reste la machine à data de ciblage ultime. Instagram et WhatsApp, quant à eux, sont en croissance exponentielle. Le futur et la survie du groupe est là, et il faut y transférer au plus vite la plus grande part de la monétisation.

L'émoi suscité et le bad buzz font finalement décaler de 3 mois la mise en place de ce partage de data. Mais ne nous y trompons pas, ce n'est que reculer pour mieux sauter.

Article rédigé par

Virginie Clève
Virginie Clève

J'accompagne marques et médias dans le déploiement de leur stratégie numérique : conception produit, audience organique, marketing digital, podcast.

Commentaires

lâche ton
  commentaire
Commentaires
Poster un commentaire
Votre email n'apparaitra pas